AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Choi Soo Ha
Δ DELTA
PROFIL

get to know me
04/06/2016
75
18
09/03/1999
Chou Tzuyu



Be silent and listen: have you recognized your madness and do you admit it? Have you noticed that all your foundations are completely mired in madness? Do you not want to recognize your madness and welcome it in a friendly manner? You wanted to accept everything. So accept madness too. Let the light of your madness shine, and it will suddenly dawn on you. Madness is not to be despised and not to be feared, but instead you should give it life
Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasingthemoon.forumactif.org/t131-choi-soo-ha-on-my-way-to-madness#1067

MessageSujet: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   Dim 5 Juin - 11:46

Il faisait à peine nuit. A l’orée du bois, un ciel légèrement orangé teintait la plaine. L’espace d’un instant, je m’arrêtai dans ma course effrénée. Aux aguets. A l’écoute du moindre bruit ambiant. Pendant une fraction de seconde, je pensais avoir enfin trouvé le silence que je cherchais depuis de longues heures déjà. Mon sommeil avait été agité. Je n’avais pu dormir correctement, rêvant de bien trop de choses pour m’en souvenir avec détails. Puis, après un réveil en sursaut, je m’étais rendue compte d’un fait : je n’avais absolument aucune idée de la façon dont je m’étais retrouvée dans mon lit. Je me souvenais avoir diné, d’avoir fait un tour au dehors alors que le soleil hésitait à percer au-delà de l’horizon. Puis, plus rien. Et pourtant, j’avais regagné ma couche, sans encombre apparente. Alors, j’étais restée de longues minutes allongée, les yeux grands ouverts. Le souffle court. Le cœur battant. Je fixais le plafond de ma chambre quand une vague de murmures vint à mon oreille. C’en était trop. Il me fallait sortir, vite. Ainsi débuta ma course ; j’avais quitté la maison sans un regard aux personnes présentes sur mon chemin, j’avais filé en direction des plaines pour me retrouver dans le bois.

Mes pas rapides et légers brisaient quelques branchages sous leurs passages. Et pourtant, malgré ces craquements sonores, je n’arrivais à fuir ces voix. Ces échos lointains qui semblaient résonner dans le fond de mon crâne en des paroles que je ne pouvais, et surtout ne voulais, discerner. A bout de souffle, je m’arrêtais à nouveau. Je pris appuis contre le tronc épais d’un grand arbre. Je glissai mes doigts contre la mousse légèrement humide qui recouvrait son contour, avant d’en arracher une bonne partie d’un geste vif et emplie de colère.

« ASSEZ !!! »

Mon poing alla heurter le pauvre arbre, et je m’effondrai à sa base. J’aurais aimé pleurer pour calmer mon angoisse, mais les larmes ne semblaient vouloir venir. Je n’étais qu’emplie de dégoût. Repliée sur moi-même, je serrai d’une main le col de mon haut, essayant tant bien que mal de calmer mon cœur battant.

« Assez… Assez… »

Répétai-je en un murmure à peine audible cette fois. Les paupières closes, je luttai contre moi-même. Je luttai contre cette peur vicieuse qui s’insinuait doucement en moi. Je ne savais combien de temps je restai ainsi… sans bouger. Une légère bise nocturne s’éleva à la cime des arbres, et le doux bruit du feuillage sembla, un court instant, calmer mes maux. J’hésitai cependant à me lever ; comme si bouger les ferait revenir en trombe et détruirait ainsi tous mes efforts de les faire disparaitre. Puis, j’entendis au loin un craquement. Ne sachant plus s’il s’agissait là de mon imagination ou bien d’un fait réel, je décidai de rester de marbre. Les yeux fixés sur l’herbe à mes pieds, j’attendis patiemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choi Yun Kim
Δ DELTA
PROFIL

get to know me
02/06/2016
77
Nam Hee Jun
23
13/05/1994
Zico/ Wu Ji Ho [Block B]



Madness is a thnig you can't control. You love, you hate but there is the voices in my head. They don't want to let me go. Will you fear me or see my true-self?


Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasingthemoon.forumactif.org/t117-choi-yun-kim-there-is-too-much-people-in-my-head

MessageSujet: Re: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   Dim 5 Juin - 19:01

"Vient on va s'aérer. Marre de la ville! Pas aujourd'hui." Rache grommelait comme l'espèce de chieur qu'il était en permanence. Pas besoin de dire que Yun Kim avait fumé, bien comme il faut. Et même que quelques petits cachets étaient venus compléter le cocktail. Il avait peut-être bu quelques petits verres, mais rien de bien anormal vu ce qu'il faisait chaque jour. On le connaissait pour ses excès ou pour ses discussions en solitaires. Pas vraiment en solitaire. Rache et Daniel occupaient la place d'interlocuteur. Fumer en forêt, c'était une mauvaise idée. Le feu c'était pas trop son truc. Et puis, il avait pas franchement envie d'avoir à courir et affronter le châtiment qu'il risquait de se prendre dans la gueule pour avoir mis le feu à leur territoire. L'alpha était cool, il lui fichait la paix, mais c'était quand même pas une raison pour pousser le bouchon trop loin. Alors il monta dans sa chambre, pris de la vodka extra-pure dans sa réserve et décida de se casser en chantonnant. C'était pas le loup le plus discret de la meute. Et même qu'on le voyait assez facilement. Il était reconnaissable le con avec ses couleurs et coupes de cheveux extravagantes, sa grand gueule et son odeur... pas toujours alléchante. Qu'il fasse nuit, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, Yun Kim, c'était le mec qu'on retrouvait dehors, dans la rue ou dans les plaines entrain de fumer ou de boire, en solo ou avec d'autres loups qu'il entraînait dans ses déboires. Ce soir, il serait seul. Parce qu'il n'avait pas la patience de supporter d'autres personnes, parce qu'aujourd'hui, des petits cons s'étaient amusés à se foutre de sa gueule devant lui, pensant qu'il était trop stone pour comprendre. Sauf que bien entendu ce n'était pas le cas. Il avait remis à sa place l'oméga et le delta qui le prenaient pour un con. Il avait même été plutôt gentil. Mais, il savait qu'une prochaine fois, il risquait d'éclater leur tronches contre le mur d'un chalet. Tant pis pour les marques. Il marchait dans la nuit, profitant de l'atmosphère bucolique et tendre que la lune renvoyait vers son visage. "On devrait faire ce genre de visite champêtre plus souvent!" dit Daniel."Il est pas là pour s'aérer les poumons, on va juste se bourrer la gueule et exploser des arbres!" renvoya Rache. Daniel commençait à ronchonner et Yun Kim riait. Ils s'enfonçaient dans les arbres quand un bruit vint frapper leurs oreilles. Une voix, qui vint les frapper et donner envie d'aller voir ce qui se passait. Il s'avança, se repérant au bruit. Il était un chasseur, suivre une piste n'était pas compliqué, et tomba sur Soo Ha. Rache eut un éclat de rire "Tient voilà la naine!". Yun Kim eut un rictus.

-"Qu'estu fait là toi? Rtourne dans ton lit plutôt que de chialer dans une forêt. Les peines de cœur c'est con!"

Il s'accroupit, ouvrant sa bouteille et avala goulûment une gorgée de vodka. La rasade lui arracha un petit soupire d'appréciation et il se laissa tomber sur le sol sans aucune gêne. Si elle ne voulait pas le voir elle avait qu'à se casser. Lui, il en avait strictement rien à faire. Oh, elle pouvait bien essayer de lui faire du mal, de toutes les façons, il savait pertinemment qu'il était plus fort. Surtout que quand il était soul et qu'il se faisait agresser, il était encore plus violent face à un loup. Avec les humains, il pouvait réussir à se contenir, à se rappeler que c'était fragile, que ça se casse mais, les loups, il était sans pitié. Même s'il s'agissait de sa propre sœur. La famille pour lui, ça ne représentait pas grand chose à part un fardeau. C'est parce qu'il était né dans la famille Choi qu'il était comme ça aujourd'hui. Et Soo Ha n'était pas la plus sympa de la fratrie. S'il lui portait un quelconque intérêt, c'est seulement parce qu'il restait quelque part dans son cœur, un peu d'attaches pour ces gens. Peut-être aussi parce que Nam Ja faisait en sorte qu'il ne soit pas complètement détaché des Choi. C'était le fils prodige, on le respectait quoi qu'il arrive. Tout le monde, même Yun Kim, même si pour lui, c'était plus parce qu'il était un Bêta qu'autre chose. Il avala un peu plus d'alcool pur avant de continuer à parler.

-"T'es bizarre là, Tu veux boire, c'est bon! J'en ai une bouteille pleine!"

"Partage pas! Pas avec elle." "Rache a raison, elle est méchante avec nous! Laisse la dans son coin!". Mais Yun Kim ne faisait pas toujours ce que les voix lui disaient. Très rarement d'ailleurs. Il était le dominant, il gardait le contrôle, le seul moyen pour qu'il puisse survivre et ne pas se jeter du haut d'une falaise ou s'immoler par le feu. Chacun sa technique pour réussir à vivre. C'était ça le plus dur, le plus compliqué.


and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)



Dernière édition par Choi Yun Kim le Sam 11 Juin - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choi Soo Ha
Δ DELTA
PROFIL

get to know me
04/06/2016
75
18
09/03/1999
Chou Tzuyu



Be silent and listen: have you recognized your madness and do you admit it? Have you noticed that all your foundations are completely mired in madness? Do you not want to recognize your madness and welcome it in a friendly manner? You wanted to accept everything. So accept madness too. Let the light of your madness shine, and it will suddenly dawn on you. Madness is not to be despised and not to be feared, but instead you should give it life
Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasingthemoon.forumactif.org/t131-choi-soo-ha-on-my-way-to-madness#1067

MessageSujet: Re: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   Dim 5 Juin - 20:26

Bien vite, une odeur que je connaissais que bien trop arriva jusqu’à mon nez. Ne prenant pas la peine de cacher mon dégoût, je fronçai les sourcils et laissai s’échapper un soupire. De tous les individus que j’aurais pu croiser dans ce bois, il avait fallu que ce fut lui. A cet instant, je pensais que même croiser un membre de la meute Yazur n’aurait pas été une rencontre si ignoble à mes yeux. Les effluves d’alcool et autres mélanges dont je ne voulais savoir l’exacte composition se firent plus forte, et je compris que je ne pourrais passer inaperçu. Il me fallait faire face, rapidement, furtivement, car je n’étais pas d’humeur. « Qu’est-ce’tu fait là toi ? R’tourne dans ton lit plutôt que de chialer dans une forêt. Les peines de cœur c’est con ! » Je me redressais lentement, me retenant avec grande difficulté pour ne pas lever les yeux au ciel, pour ne pas saisir une branche qui trainait et lui assener un coup. Ses paroles étaient si bancales, j’esquissais un léger rire moqueur à son égard. Il s’accroupit d’un même mouvement, et je ne pouvais que poser sur lui un regard sombre et empli de dédain.

Il continuait sa conversation, et je n’avais rien à ajouter. Alors qu’il tendit sa bouteille, d’où plusieurs gorgées avaient été retirées je me penchais pour le regarder de plus près. Comment ne pas détester un être aussi futile que lui ? J’en venais, une fois encore, à me poser la question. Je me saisis rapidement du contenant de verre, et le retourna sans un mot ; l’alcool se déversa d’une traite sur l’herbe sèche.

« Peut-être devrais-tu écouter tes compagnons. Laisse-moi donc dans mon coin. »

Oui. Qu’il parte, et vite. Qu’il se relève, et qu’il s’en aille. Maintenant que sa bouteille était vide, et jetée à ses pieds, peut-être aurait-il besoin d’aller en chercher une autre ? J’avais un certain espoir que ce soit le cas, qu’il s’en aille et que notre pseudo-conversation s’arrête ici. Alors que je me redressais pour l’ignorer, tout bonnement, une vague que je n’aurais su décrire me submergea avec une certaine violence. Tant et si bien que je dus poser la main contre un tronc d’arbre pour me retenir de ne pas chuter. Les yeux fermés, je crispais mes paupières et serrais les dents à m’en faire mal.

« VA-T-EN !! »

Hurlai-je soudainement. Je rouvris les yeux, le voyant toujours là. Ces paroles étaient-elles seulement à son égard ou bien à l’attention de ces voix qui avaient alors décidé de revenir en fanfare dans mon esprit déjà épuisé. Je levais alors la main, prête à lui assener un coup, en sachant pertinemment que je n’aurais aucune chance de me relever s’il m’en rendait un à son tour. Peut-être que, finalement, c’était ce que je voulais. Inconsciente, je ne les entendrais plus. Oui. Voilà. Il n’aurait qu’à perdre patience et s’en prendre à moi, le faire devenir encore plus fou qu’il ne l’était déjà ne serait pas si compliqué. Puis, consciente des pensées que je venais d’avoir au sujet de ma propre fin, je baissais le poing. Je lâchai un soupire sonore, et m’adossai au tronc sans rien ajouter de plus. A vouloir trop fuir ma condition, j’en venais à penser à ma propre mort. C’en était ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choi Yun Kim
Δ DELTA
PROFIL

get to know me
02/06/2016
77
Nam Hee Jun
23
13/05/1994
Zico/ Wu Ji Ho [Block B]



Madness is a thnig you can't control. You love, you hate but there is the voices in my head. They don't want to let me go. Will you fear me or see my true-self?


Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasingthemoon.forumactif.org/t117-choi-yun-kim-there-is-too-much-people-in-my-head

MessageSujet: Re: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   Mar 7 Juin - 10:20

Elle était méchante jusqu'au bout des ongles, elle avait vidé la bouteille. Oh, sans doute qu'il lui en aurait voulut s'il n'avait pas vite compris qu'elle voulait simplement qu'il parte. Sauf qu'il ne bougerait pas. "Depuis quand on obéit à une morveuse. On devrait lui exploser la tête contre un tronc d'arbre pour lui faire comprendre. A croire qu'elle cherche vraiment à crever celle-là." "Rache, on ne tue pas, on a déjà dit! Et puis, c'est supposé être de la famille et elle est encore jeune." Encore jeune, encore jeune, pour une fois Yun Kim était plus d'accord avec Rache qu'avec Daniel. L'envie de lui apprendre la vie à coup de baffes était tentant. Leur père avait-il été trop gentille avec elle. Qu'y pouvait-il, il s'était toujours tout pris dans la gueule. On espérait que les coups remettraient en place son cerveau détraqué, lui aimait à penser que cela n'avait fait qu'aggraver la situation, rendant plus fortes les voix violentes et les personnalités mortifères. Incapable de savoir la limite entre la réalité et la fiction, entre ses pensées et celles des autres. Il savait juste qu'il ne bougerait pas. L'endroit appartenait à tout le monde, si elle ne voulait pas le voir, elle n'avait qu'à se casser d'ici. Ce n'était pas son problème. A vrai dire, il n'y avait pas grand chose qui était son problème. Il se fichait de tout et de tout le monde. Il disait souvent leurs quatre vérités aux deltas et aux omégas. Parfois même aux bêtas quand sa langue n'était plus capable de rester immobile à l'intérieur de sa bouche. On laissait souvent courir, après tout, pourquoi prendre au sérieux les propos d'un travelo et d'une ivrogne. On oubliait ses insultes, noyées sous les centaines d'autres qu'il pouvait lancer à la minute. Il n'était pas vraiment mauvais, juste con. C'était la conclusion que l'on tirait la plupart du temps. Et pourtant, si on y réfléchissais à deux secondes, on se rendait compte que tout cela avait un véritable fondement. La vérité ne sort pas de la bouche des enfants, elle sort de ceux qui, comme Yun Kim, n'avaient pas d'autres moyens que de la voir et de la faire entendre pour survivre. Parce que porter un masque n'était pas possible. On menait ses combats chacun à sa manière, pour le jeune homme c'était la même chose. Sa maladie, il l'affrontait à sa manière et certainement pas en la niant. C'était le mauvais choix à faire. C'était comme se dire de cesser d'exister. Cela faisait partie intégrante de sa personne et ne changerait jamais.

-"Tu peux aller te faire voir ailleurs, moi aussi j'aime pas ta face. Sauf qu'ici c'est sympa, on aime bien ici."

Elle pouvait s'énerver, crier autant qu'elle le voulait, cela ne le ferait pas partir. Comme si le gêne de l'emmerde était ancré quelque part dans son corps. Il était impossible pour lui de ne pas se laisser aller à faire chier les gens qui l'emmerdaient. Soo Ha faisait partit de ses principales cibles. Surtout quand il tombait sur elle de manière inopinée. Il ne cherchait pas les gens en général, il préférait être dans son coin, tranquille, plutôt que de se battre. Ce genre de situations étaient trop risquées avec son état. Qui sait qui pourrait prendre sa place. Il rejetait les gens autant que possible. Parce qu'il pouvait blesser les gens autant que ces derniers lui faisaient du mal. Infini échanges de coups discrets, secrets qui continuaient sans arrêt à se poignarder, à se rencontrer sans qu'ils puissent rien y faire. Il y avait dans son sourire, ses regards, la promesse qu'il ne se laisserait jamais faire, qu'il ne s'abaisserait pas à être toujours traité comme de la merde. Les gens ne comprenait pas pourquoi il était comme ça, ils ne comprenaient pas que c'était pour sa propre survie et la leur qu'il se bourrait la gueule, se droguait comme un dingue. Parce que sans ça, il aurait envie de mourir et de tuer. Parce que la vérité du genre humain, c'était qu'il attendait soit de tuer, soit d'être tuer. Chez le loups, cette vérité était encore plus flagrante. Il éclata de rire, essaya de ne pas sortir de cigarettes pour fumer et décida que tant pis, il allait continuer à lui parler. Même si elle ne voulait pas l'écouter.

-"Ehhhhh, les arbres ils t'ont rien fait les arbres. Si tu veux me frapper faut pas faire comme ça."

Il se releva subitement, abattant son poing sur l'écorce de l'arbre qui était derrière la tête de sa sœur. Le bois vola en éclat, et il attrapa la main de Soo Ha pour la placer au niveau de sa gorge. Leurs visages étaient proches, ses yeux fixaient dans les siens. La lueur inquiétante, celle qu'il connaissait si bien dans ses propres yeux, elle était là, dans les siens. Mais, il ne voulait pas le voir, pas dans elle. Elle était trop mauvaise pour ça.

-"Si tu veux nous faire mal, c'est là. Attrape moi là! Mais fait attention. Je mords, je fais mal aussi."


Il retira rapidement la main de la louve de sa gorge avant qu'elle ait le temps de comprendre ce qu'il faisait. Il retira son poing de la plante pour découvrir un joli trou. Il ne mesurait pas sa force. En général, il ne se savait même pas aussi fort.

-"Grrrr, vilaine louve, vilaine. Elle veut faire mal!"

Qui parlait là? Lui ou un autre. Rien de moins sur, impossible de le savoir. Impossible.



and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)



Dernière édition par Choi Yun Kim le Sam 11 Juin - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choi Soo Ha
Δ DELTA
PROFIL

get to know me
04/06/2016
75
18
09/03/1999
Chou Tzuyu



Be silent and listen: have you recognized your madness and do you admit it? Have you noticed that all your foundations are completely mired in madness? Do you not want to recognize your madness and welcome it in a friendly manner? You wanted to accept everything. So accept madness too. Let the light of your madness shine, and it will suddenly dawn on you. Madness is not to be despised and not to be feared, but instead you should give it life
Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasingthemoon.forumactif.org/t131-choi-soo-ha-on-my-way-to-madness#1067

MessageSujet: Re: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   Mer 8 Juin - 10:24

Je l’écoutais discuter avec lui-même, un rictus mauvais peint sur le visage. Je n’avais jamais réellement cherché à comprendre combien ils étaient à discuter dans son crâne ; et je ne m’étais jamais non plus demandé si toutes ces différentes personnalités viendraient à grandir de plus en plus. Il en mourrait, c’était presque certain. Je n’attendais que ça. Je restais persuadée qu’une fois qu’il disparaitrait, alors chaque souci qui plainait comme l’épée de Damoclès au-dessus de moi s’envolerait. C’était une façon bien égoïste de voir les choses, mais, c’était ainsi que j’avais été éduquée.

« Figure-toi que moi aussi, j’aime bien cet endroit. Alors, je ne vois pas pourquoi je serais celle qui doit en partir. »

Je n’haussais pas la voix. Je me contentais de faire transparaitre l’animosité de mon état au travers de mon ton, mais sans plus. Pour ajouter à mon dédain, et à mon envie profonde de l’ignorer, je m’étais adossé au tronc. Je ne le regardais plus. L’écho qui prenait forme dans ma tête commençait doucement à me donner une migraine, et j’étais ravie que la nuit commence sa course dans le ciel qui transparaissait à peine au-dessus des épais feuillages autour de nous. Epuisée, je lâchais un nouveau soupire en écoutant d’une seule oreille son discours bancal dont je ne semblais pouvoir comprendre chaque mot. Rapidement, il se leva. Je cachais bien ma surprise sous son mouvement vif, et ne cilla pas lorsque son poing alla s’écraser contre l’écorce épaisse à quelques centimètres de mon visage. Je croisais son regard, et le maintenais sans vouloir laisser paraître le moindre sentiment.
Ma main posé contre sa gorge me laissait là une belle opportunité que je ne voulais pourtant pas saisir. Non, c’était bien trop simple. Il était bien trop aux aguets. Je sentais son poult sous mes doigts fins, et me retenais avec brio de ne pas serrer la main pour entrer délicatement mes ongles dans sa chair claire. Tout était bien trop tentant. Alors qu’il retirait ma main de son cou, je laissais retomber celle-ci à mon côté. « Grrr, vilaine louve, vilaine. Elle veut faire mal ! » Un soupire rieur s’échappa de mes lèvres, et le sourire mauvais que j’avais jusqu’alors effacé refit surface. Brusquement, je prenais appui de mes mains sur l’arbre et vins heurter de toutes mes forces avec mes pieds l’abdomen de mon aîné. Je savais que ceci ne lui ferait pas grand-chose, mais il reculerait malgré tout de quelques pas. Distance mise alors entre nous, je me redressais pour m’éloigner du résineux qui était déjà bien assez amoché pour subir d’avantage d’assauts.

« Suis-je là pour te blesser, ou bien, suis-je là dans l’attente que, toi, tu me fasses du mal ? »

Une expression mesquine sur le visage, je m’avançais doucement vers lui. Maintenant à quelques maigres centimètres de lui, je croisais son regard. Je posais une main sur sa joue. Ma peau avait beau être douce, le geste léger, le sentiment qui en ressortait était froid et amer.

« Alors, qu’attends-tu ? Détruis-moi avant qu’il ne soit trop tard. »

Chuchotais-je, sans baisser les yeux. Qui de Yun, ou de ses deux compatriotes me répondraient ? Je n’en savais rien. Je n’en avais que faire. Je voulais simplement une action, quelle qu’elle fût. Je ne bougeais pas d’un cheveu, dans l’attente de sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choi Yun Kim
Δ DELTA
PROFIL

get to know me
02/06/2016
77
Nam Hee Jun
23
13/05/1994
Zico/ Wu Ji Ho [Block B]



Madness is a thnig you can't control. You love, you hate but there is the voices in my head. They don't want to let me go. Will you fear me or see my true-self?


Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasingthemoon.forumactif.org/t117-choi-yun-kim-there-is-too-much-people-in-my-head

MessageSujet: Re: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   Sam 11 Juin - 12:04

Il donnait souvent l'impression d'être faible, un loup facile à battre et à manipuler. Et pourtant. Pour survivre à sa maladie, il faisait preuve d'une force mentale incroyable. La preuve, à son âge, son oncle s'était déjà suicidé quand à sa grande-tante, elle avait fait le pas à l'âge de seize ans. Mais, il y avait en lui cette rage de vivre et de ne pas se laisser bouffer par le regard des autres. La Honte, il ne connaissait pas, ne connaissait plus. Il y a bien longtemps qu'il avait abandonné la gêne et tout ces sentiments négatifs. Oh, cela ne voulait pas non plus dire qu'il s'aimait comme un dingue, loin de là, mais cela allégeait déjà un peu une conscience bien lourde et surtout remplis de frayeur. Il faisait ce qu'il voulait, dans la limite où il ne blessait personne et ne mettait pas en danger la meute. Il le savait parfaitement. C'était ce qu'il lui fallait. Et voir sa sœur essayer de le rendre fou de rage le faisait rire autant intérieurement que dans la réalité. Lui se fichait profondément qu'elle soit là, ce qui n'était pas son cas à elle. Ils ne s'entendaient pas, il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas le remarquer. Mais, elle n'était qu'un bébé, qu'une gamine incapable de voir plus loin que le bout de son nez. C'était ce que lui expliquait Nam Ja à chaque fois qu'il essayait d’apaiser les choses, dans d'autres termes évidement. Et c'était supposément ce qu'il devait ressasser pour éviter de la réduire en bouillis. Elle se croyait invincible, elle se croyait forte. Quelle douce illusion dans laquelle elle baignait encore. Quelle douce illusion qui si personne ne brisait rapidement, finirait par s'émietter entre les crocs et les griffes de son frère aîné. Yun Kim ne voyait aucune raison à l'exception du respect qu'il réussissait encore à garder pour Nam Ja de l'épargner. Personne ne l'avait jamais épargné lui, on s'était acharné contre lui, encore et encore, cruellement, brutalement. On avait rendu son esprit instable encore plus instable, on avait accru la présence des voix à force de le frapper, de le moquer. Mais, aujourd'hui, il avait grandis, il n'était plus et ne serait plus jamais le louveteaux sans défenses qu'il avait pu être un jour. Il étai grand, il avait de la carrure et de la force. "Et on est sans pitié." rajoutait Rache au passage. Daniel avait disparu dans le fond de sa tête, se laissait aspirer et submerger par la colère et la condescendance. Elle le touche. Idiote provocation, leurs regards se croise et lui sourit. Il enlève sa main d'un geste vif et vient faire claquer ses dents contre son nez, à quelques millimètres et son regard revient dans celui de sa sœur.

-"Trop tard, trop tard? Pour quoi? Parce que tu crois peut-être me faire peur? Soo Chat, je crois que tes chevilles ont trop enflées, tu ne dois même plus voir tes pieds. Trop tard pour moi? Mais c'est déjà trop tard pour moi. Qui est là, qui est pas là, je sais pas."

Il recule d'un pas, sait pertinemment qu'il dit une vérité qu'elle n'accepte pas, n'acceptera sans doute jamais. Mais, c'était ainsi, et cela n'était pas prêt de changer. Au milieu de la moquerie et de l'indifférence, David venait lui souffler qu'il y avait quelque chose d'anormal, que quelque chose ne collait pas. Sauf qu'il s'en fichait, il se fichait de savoir si elle allait bien. Yun Kim était bien un animal quand il s'agissait de ça. Une fois qu'on lui avait fait mal, il en voulait pour longtemps. Très longtemps. Quitte à parfois être cruel. C'est l'inconvénient de son état, la solitude qu'il s'imposait parfois, ou ce faux semblant de sociabilité. Il pouvait parler avec les gens, faire comme si ils s'entendaient bien mais, il avait cessé depuis longtemps de s'attacher à eux. Après tout, on le quittait trop facilement, beaucoup trop. Alors même pas la peine de la comprendre, surtout pas elle. Si elle souffrait, bien fait pour elle! La bouteille d'alcool vidée a laissé place à l'odeur de la vodka. Elle est forte, omniprésente et à elle seule, elle réussit presque à le calmer. Mais, il aurait apprécier que le liquide pur vienne couler le long de sa gorge. La sensation lui manquait presque.

-"Tu sais ce qui est cool? C'est que les autres ont presque jamais le contrôle quand je suis soûl, ou stone. Et là, je suis un peu des deux. Alors, tu peux me regarder avec tes petits yeux de fouine, essayer de déclencher un accès de rage. Mais non, non, non, petit chat pas assez doué pour ça. Tout ça c'est moi."

Un nouvel éclat de rire dans la nuit, dans la forêt. Il y avait dans son regard cette lueur de folie qui germait toujours. Même clean, même sans ses voix, Yun Kim restait à part, dans sa façon d'être et d'appréhender le monde. Parce que le Monde ne lui avait rien donné et qu'il ne pouvait compter que sur lui-même pour ne pas couler et devenir une épave abandonnée et brisée sur les rochers cruels qu'étaient le regard et les actions des autres.




and now we are alive
je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choi Soo Ha
Δ DELTA
PROFIL

get to know me
04/06/2016
75
18
09/03/1999
Chou Tzuyu



Be silent and listen: have you recognized your madness and do you admit it? Have you noticed that all your foundations are completely mired in madness? Do you not want to recognize your madness and welcome it in a friendly manner? You wanted to accept everything. So accept madness too. Let the light of your madness shine, and it will suddenly dawn on you. Madness is not to be despised and not to be feared, but instead you should give it life
Voir le profil de l'utilisateur ◆ ◆ http://chasingthemoon.forumactif.org/t131-choi-soo-ha-on-my-way-to-madness#1067

MessageSujet: Re: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   Dim 12 Juin - 11:00

Il n’avait rien compris. En un sens, comment pouvait-il comprendre ? Je doutais fortement qu’il fut doté d’une raison qui, quelle qu’elle fut, lui permette d’avoir des réflexions poussées et de comprendre les sous-entendus. Peut-être avait-ce été possible à une époque ? Mais maintenant… Sa maladie était si avancée, et ses connexions nerveuses avaient tant dû être endommagées par toutes ces mixtures ingérées… Alors, en face de moi, j’avais donc un pauvre animal avec lequel avoir une conversation était impossible, et cela me dégoûtait au plus haut point. Je ne cherchais pas à comprendre pourquoi une telle aversion à son égard montait en moi ; ce sentiment hautement péjoratif était là, et je l’acceptais à bras ouverts, quitte à m’en mordre les doigts plus tard.

« Tout ne tourne pas autour de tes seules petites personnes dans ce monde, tu sais. »

Oui. Pourquoi fallait-il qu’il ramène tout à lui ? Chacun disait que j’étais l’égoïste de l’histoire. J’étais presque certaine que Nam Ja pensait la même chose sous ses grandes paroles moralisatrices. Bien évidemment, je n’avais que dix-sept ans, alors les gens excusaient souvent ce comportement et chaque commentaire dédaigneux pouvant sortir de ma bouche. Mais là, là, c’était lui qui parlait encore de lui. Effectivement, ce ‘trop tard’ balancé un peu plus tôt me concernait bien plus moi. Mais, avec toutes ces voix dans son esprit et cette façon naturelle qu’il avait à vouloir se protéger de tous, il avait tout compris de travers.
Je le regardais faire, les expressions n’apparaissant même plus sur mon visage. J’étais à présent lasse de la situation. J’aurais pourtant aimé saisir chaque opportunité pour le faire devenir fou ; c’était mon but à chaque fois que je le croisais. Mais là, j’étais épuisée. La migraine qui martelait le fond de mon crâne puisait dans chaque once d’énergie me restant. Et ces voix, ces fichus murmures ne semblaient vouloir cesser ; elles étaient là, présentes comme une musique de fond lugubre et mal réglée. J’écoutais ses mots. Je regardais son visage, sa posture. Je l’analysais sans fin. Deviendrais-je aussi ainsi ? Non. Je ne pouvais accepter le fait que ce frère que j’aimais si peu soit le reflet d’un avenir auquel je ne pouvais échapper.

« Quelle idiote j’ai été de vider cette bouteille alors… »

Soufflai-je avec un rictus en réponse à son grand discours. Ce n’était là qu’une pique parmi tant d’autres. Au final, j’en vins à me dire qu’elle était prononcée plus pour moi-même que pour sa petite personne. Je jetai un rapide coup d’œil vers le contenant de verre qui gisait non loin de nous. Peut-être devrais-je m’en saisir ? A mains nues, il ne me serait possible de faire grand-chose, mais le verre sait être bien utile lorsque nous voulons blesser quelqu’un. L’idée qui me traversa l’esprit me semblait alléchante, mais, une partie de moi me murmura que c’était peine perdue.

« Et bien, voilà que je m’ennuie. Tu as gagné, sois en ravie ; je m’en vais. »

J’ajoutais à ma phrase un long soupire dramatique. Je ne voyais où tout cela pouvait mener. Ereintée, je fis quelques pas à peine droits. J’étais déchirée entre l’envie qu’il me saute au cou, cette frustration de savoir qu’il ne le ferait pas, et cette déception de me rendre compte que j’étais seule. C’était ma punition pour avoir été vile à son égard. Il me fallait l’accepter, malgré la fierté maladive qui hantait mon corps jusqu’à la dernière cellule… cette fierté qui m’empêchait à tout prix de crier à l’aide, et sachant pertinemment qu’au rythme où j’allais, je ne retrouverais pas le chemin jusqu’au village avant l’aube.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

PROFIL

get to know me
◆ ◆

MessageSujet: Re: Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's pretend everything will be fine ♦ Yun Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Roleplay :: Territoire des Iriels :: Alentours-